Pourquoi SOREXTO et André Morcel ont choisi DV Experts ?

“Nous avons trouvé un cabinet conseil à la taille de nos enjeux !” André Morcel, gérant de Sorexto.

Basée à St-Victor-de-Morestel (38), Sorexto est une PME de 19 salariés spécialisée dans la production et la distribution de supports de cultures, fertilisants et paillages, pour un marché BtoB. Elle distribue ses produits en France ainsi qu’au Bénélux et en Suisse.

Elle est l’héritière d’une entreprise familiale créée en 1880 autour d’une activité de pépiniériste. La tourbe est entrée dans l’entreprise en 1961, et l’entreprise est devenue Sorexto (www.sorexto.fr) en 1990 quand elle a réorienté sa stratégie pour se consacrer plus largement aux terreaux, et amendements organiques.

Jean-François & André Morcel sont  la quatrième  génération à œuvrer dans le domaine horticole.

André Morcel, gérant de Sorexto, explique pourquoi avoir choisi DV Experts

DV Experts : Pourquoi changer de cabinet conseil ?

André Morcel : Nous avons fait le choix il y a 3 ans de changer de cabinet car nous nous engagions dans une stratégie de croissance externe. C’est un projet ambitieux et complexe qui réclame d’être bien entouré. Notre cabinet précédent, avec qui nous gardons d’excellentes relations, n’était pas armé pour nous accompagner.

DV Experts : Comment avez-vous connu DV Experts ?

André Morcel : Nous sommes totalement inscrits dans le tissu économique local et le nom de DV Experts nous a été soufflé par 2 banques. Les informations que nous avons obtenues nous ont rassuré.

DV Experts : Pourquoi avez-vous choisi DV Experts ?

André Morcel : D’abord pour les compétences spécifiques que nous recherchions. Mais c’est aussi une histoire de relationnel : il faut que le courant passe, la confiance est essentielle au regard des sujets que l’on aborde. Enfin, la proximité géographique et la disponibilité jouent un rôle car il est toujours plus rassurant de savoir que l’on peut se rencontrer facilement.

DV Experts : Qu’attendez-vous de votre cabinet conseil ?

André Morcel : Nous avons mandaté DV Experts avec en tête ce projet de rachat. Mais c’est bien quand un cabinet va plus loin. Il faut comprendre qu’il est difficile, voire impossible aujourd’hui pour un dirigeant de tout savoir sur les sujets qui concernent son entreprise. C’est trop d’informations, trop complexe. Je suis gérant, je dois me concentrer sur mon métier. Pour le reste, j’ai besoin de conseils. Nous externalisons donc des fonctions très normées comme la comptabilité ou la paye, mais DV Experts a su aussi intervenir sur des sujets transverses avec un regard extérieur  bienveillant, ce qui nous a été très utile.

DV Experts : Tous les cabinets ne peuvent pas travailler avec toutes les entreprises ?

André Morcel : Je ne le pense pas. Les entreprises de 2 salariés n’ont pas les mêmes enjeux que celles de 50 ou 5 000. Il est important que le cabinet soit calibré avec l’entreprise. En l’occurrence DV Experts nous a permis de franchir un cap avec un savoir que nous n’avions pas en interne et une capacité à partager une vue d’ensemble. La comptabilité et la gestion ne sont pas que des chiffres : il faut savoir lire la réalité, pour mieux l’analyser  ensuite, et  prendre de bonnes décisions stratégiques !

DV Experts : Merci pour votre témoignage.

Découvrir Sorexto : www.sorexto.fr

Découvrir DV Experts : www.dv-experts.com/contact/

PGE : 4 bonnes raisons d’y souscrire avant le 30 juin 2021 !

PGE : 4 bonnes raisons d’y souscrire avant le 30 juin 2021 !

Si vous n’avez pas fait de dossier de PGE (Prêt Garanti par l’Etat) ou si vous n’avez pas demandé la totalité du montant auquel vous avez droit, vous pouvez encore faire votre demande : la date limite court jusqu’au 30 juin 2021 !

 

Pourquoi souscrire au PGE ?

  1. Tout d’abord parce que c’est une sécurité financière pour l’entreprise qui peut lui permettre de passer un trou d’air de trésorerie. La crise dure et il est aujourd’hui hasardeux d’appréhender la relance, et dans tous les cas retrouver le niveau d’activité de 2019 va prendre du temps. Le PGE peut donc être une bouée pour rester à flots en cas de gros temps.
  2. Ensuite pour ne pas être pris au dépourvu. Des secteurs comme le BTP ou le transport sont moins impactés aujourd’hui. Mais comment la situation va-t-elle évoluer ? Face à un avenir incertain, le dirigeant avisé prendra ses précautions et fera sa demande de PGE.
  3. Parce que c’est un prêt intéressant, garanti par l’Etat et sans caution personnelle. Avec un taux à 0,25 % la 1ère année, c’est presque un prêt d’honneur. Ce n’est pas cher payé pour disposer d’un peu de marge de manœuvre et de tranquillité d’esprit.
  4. Parce que le PGE peut être utilisé autrement. Si vous avez un projet de développement, si vous devez amorcer une opération, le PGE peut être utilisé pour de l’investissement courant.  

Quand rembourser le PGE ?

Au printemps 2021 nous arrivons aux dates anniversaires pour les dirigeants qui ont fait leur demande l’année dernière. L’entreprise doit faire un choix : procéder à un remboursement intégral, demander un différé puis rembourser sur 4 ans à partir de 2022, ou l’étaler sur 5 ans.

La réponse dépend forcément de la situation de l’entreprise et de ses perspectives. Mais au regard des conditions de prêt, choisir le remboursement sur 5 ans peut-être une bonne option, d’autant plus qu’aujourd’hui, contrairement à l’année dernière à la même époque, on sait que la crise va durer.

Le conseil DV Experts :

  • Faites une demande de PGE avant le 30 juin 2021
  • Optez pour un remboursement long sans oublier le différé supplémentaire
  • Négociez les assurances proposées par les banques : elles ne sont pas obligatoires pour le PGE

Dans tous les cas si vous vous interrogez, rapprochez-vous de votre chargé de mission ou d’un manager associé DV Experts afin de travailler sur le meilleur scénario. Notre accompagnement rentre dans la mission que vous nous avez confiée et n’engage pas de facturation complémentaire.

 

Nous contacter : https://www.dv-experts.com/contact/

 

Activité Partielle : L’indemnisation des heures supplémentaires structurelles est précisée et sécurisée

Les articles 1 et 1 bis de l’ordonnance modifiée 2020-346 du 27 mars 2020 prévoient à titre exceptionnel et temporaires de tenir compte pour l’indemnisation de l’activité partielle, des heures d’équivalence, des heures prévues par une convention individuelle de forfait en heures (sur la semaine, le mois ou l’année) incluant des heures supplémentaires conclue avant le 24/04/2020, des durées collectives supérieures à la durée légale du travail prévues par convention ou accord collectif conclu avant le 24/04/2020.

L’article 5 du décret du 26 juin 2020 sécurise le dispositif applicable à titre dérogatoire et temporaire entre le 12 mars et le 31 décembre 2020.

Remboursement anticipé des créances de carry-back

Le carry-back, également appelé report en arrière des déficits, donne la possibilité aux entreprises ayant réalisées un déficit fiscal au cours de l’exercice de constater une créance de l’impôt sur les sociétés versé l’année précédente.

Pour rappel, cette créance est imputable sur l’impôt sur les sociétés dû au titre des 5 années suivantes. Au terme de ce délai de 5 ans, si cette créance n’a pu être imputée, elle est remboursable ou imputable sur une échéance fiscale à venir.

Nouveauté : Dans le but d’apporter un soutien de trésorerie immédiat aux entreprises, la troisième loi de finance rectificative permet désormais aux entreprises de demander le remboursement anticipé de leurs créances de report en arrière des déficits avant le délai de 5 ans.  

Les créances concernées sont celles nées des exercices clos de 2015 à 2019 et les créances qui viendraient à être constatées au titre de l’exercice clos au plus tard le 31 décembre 2020.

La demande de remboursement du carry-back peut s’exercer dès le lendemain de la clôture de l’exercice sans attendre le dépôt de la liquidation de l’exercice. Cette demande anticipée suppose que l’entreprise soit en mesure de déterminer un résultat de l’exercice assez fiable (Tolérance de 20% prévue avec la créance définitive). Un remboursement complémentaire pourra être demandé.

Exemple : Soit une société qui a clôturé son exercice le 30 septembre 2019 avec un résultat fiscal en bénéfice de 10 000 euros. La société est imposable au taux de 15 %, elle a donc payé un impôt sur les sociétés de 1 500 €.

Son exercice 30 septembre 2020 dégage un déficit fiscal de 9 000 euros. Elle peut donc en vertu de la présente mesure demander le remboursement anticipé de la créance correspondant à 1 350 € (9 000 * 15%).

Plan #1jeune1solution – Aide exceptionnelle en faveur de l’apprentissage

Pour les contrats d’apprentissage signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021, l’état met en place une aide financière :

  • De 5 000€ pour un apprenti de moins de 18 ans ;
  • De 8 000€ pour un apprenti majeur (préparant un diplôme jusqu’au master).

Cette aide sera versée :

  • Aux entreprises de moins de 250 salariés ;
  • Aux entreprises de plus de 250 salariés à la condition qu’elles s’engagent à atteindre le seuil de contrat d’apprentissage ou contrats de professionnalisation dans leur effectif en 2021.

Ainsi, l’aide couvre 100% du salaire de l’apprenti de moins de 21 ans et 80% du salaire d’un apprenti de 21 à 25 ans révolus.

Cette aide sera versée par l’ASP (Agence de Services et de Paiement) mensuellement, avant le paiement du salaire de l’apprenti.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations !

Plan #1jeune1solution

Pour une embauche entre le 1er août 2020 et jusqu’au 31 janvier 2021, le gouvernement met en place le plan #1jeune1solution :

  • Aide financière pouvant aller jusqu’à 4 000€
  • En embauchant un jeune de moins de 26 ans
  • Tous les employeurs peuvent demander cette aide
  • Par une démarche simple et dématérialisée.

L’aide est de 4 000€ sur un an pour un salarié à temps plein, ce montant est proratisé en fonction du temps de travail et de la durée du contrat de travail.

L’embauche doit se faire en CDI ou en CDD pour une période d’au moins 3 mois, la rémunération doit être inférieure à deux fois le montant du SMIC et le poste pour lequel le jeune est recruté ne doit pas avoir fait l’objet d’un licenciement économique depuis le 1er janvier 2020.

L’aide n’est pas cumulable avec une autre aide de l’état (CIE, emploi franc, alternance…).

Les demandes d’aide sont à adresser à l’ASP (Agence de Services et de Paiement) via une plateforme de télé service ouverte à compter du 1er octobre 2020. L’employeur dispose d’un délai de 4 mois à compter de l’embauche du salarié pour faire sa demande. L’aide est versée à la fin de chaque trimestre pendant un an.

Cette aide n’est pas la même que celle pour l’apprentissage, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations !

Déblocage anticipé de l’épargne retraite des indépendants

La loi de finance rectificative permet la possibilité exceptionnelle de débloquer de manière anticipé une partie de l’épargne retraite des indépendants dans la limite de 8 000 euros. Sont concernés par cette mesure : les travailleurs non salarié, c’est-à-dire les personnes exerçant leur activité à titre individuel mais également les gérants de sociétés.

Les contrats visés sont ceux dits « Madelin » ainsi que les Plans d’Epargne Retraite individuels. Ce plafond de 8 000 euros est global et non pas un plafond par contrat. La loi prévoit une exonération d’impôt sur le revenu à hauteur de 2 000 euros des sommes débloqués.

Seules peuvent être débloquées les sommes placées sur l’un de ces supports dont le titulaire a adhéré avant le 10 juin 2020. La demande de déblocage anticipé doit être faite auprès de l’assureur avant le 31 décembre 2020.

Afin d’éviter les abus, c’est-à-dire pour que les sommes débloquées en franchise d’impôt ne soient pas réinvesties dans un contrat retraite pour bénéficier d’un avantage fiscal supplémentaire, des garde-fous ont été prévus. Le montant des « cotisations » retraite versées par l’assuré, qui sont admises en déduction de son résultat imposable ou de son revenu net global au titre de l’année 2020 (ou de  l’année 2021 si versement des fonds en 2021), sera diminué des sommes qui auront été débloquées par anticipation.

Coronavirus – Mesures fiscales pour les entreprises et les travailleurs indépendants

Coronavirus – Mesures fiscales pour les entreprises et les travailleurs indépendants

Si vous êtes une entreprise vous pouvez demander à votre service des impôts des entreprises le report sans pénalité du règlement de vos prochaines échéances d’impôts directs (acompte d’impôt sur les sociétés, taxe sur les salaires).

Si vous avez déjà réglé vos échéances de mars, vous avez peut-être encore la possibilité de vous opposer au prélèvement SEPA auprès de votre banque en ligne. Sinon, vous avez également la possibilité d’en demander le remboursement auprès de votre service des impôts des entreprises, une fois le prélèvement effectif.

Si vous êtes travailleur indépendant, nous vous rappelons que vous pouvez moduler à tout moment votre taux et vos acomptes de prélèvement à la source. Vous pouvez aussi reporter le paiement de vos acomptes de prélèvement à la source sur vos revenus professionnels d’un mois sur l’autre jusqu’à trois fois si vos acomptes sont mensuels, ou d’un trimestre sur l’autre si vos acomptes sont trimestriels. Toutes ces démarches sont accessibles via votre espace particulier sur impots.gouv.fr, rubrique « Gérer mon prélèvement à la source » : toute intervention avant le 22 du mois sera prise en compte pour le mois suivant.

Si vous avez un contrat de mensualisation pour le paiement de votre CFE ou de votre taxe foncière, vous avez la possibilité de le suspendre sur impots.gouv.fr ou en contactant votre Centre prélèvement service : le montant restant vous sera prélevé au solde, sans pénalité.
Pour faciliter l’ensemble de vos démarches, la DGFiP met à votre disposition un modèle de demande, disponible sur le site impots.gouv.fr, à adresser à votre service des impôts des entreprises.